samedi 12 janvier 2013

Les 2 barres

- Matthieu, y'a 2 barres! Y'a 2 barres!

J'ouvre les yeux, Embrumé, je vois 5h35 sur le cadran et aucune barre.

- Où ça?
- J'ai 2 barre que je te dis.
-  2 barres de quoi? Il est vraiment très tôt pour les devinettes.
- Aaah, il faut tout t'expliquer. J'ai fait un test de grossesse et il affiche 2 barres.

Elle me tire du lit avec insistance et me traîne littérallement jusqu'à la salle de bain, où elle y a laissé le test. Avait-elle peur de le bouger et d'effacer ainsi les fameuses barres? La lumière m'aveugle atrocement, je tatonne pour récupérer le test.


- Où ça 2 barres, je vois rien.
- Sous ton pouce, nono, tu l'as pris à l'envers.
- Beurk.
- Pis, pis, pis, je suis pas folle?
- Ouin, 2 barres... forcées. Tu en feras un autre "demain" pour être sûr. J'peux aller me coucher, je suis claqué.



Réaction plate de gars? Peut-être, mais 2 lignes effacées sur un mince buvard acheté chez Dollorama, ça demeure abstrait et peu fiable dans mon monde. Marie, trépidante, a le hamster qui roule à plein régime dans sa tête tandis que moi, je me rendors aussitôt la tête posée sur l'oreiller.

- TIENS! Tu peux pas t'obstiner là: je suis enceinte!

8h10. J'ai un nouveau test de grossesse me bloquant la vue à quelques millimètres du visage. Il est fraîchement acheté à l'ouverture de la pharmacie. Elle a choisi le modèle "testé sur un idiot": il indique sur un écran digital le mot "enceinte 2-3 semaines". Je n'ose pas demander combien ce bidule lui a coûté. Moi qui se demandait qui était prêt à débourser pour ça? Qui est trop imbécile pour être incapable de lire 2 barres?

- Bon, t'as raison, tu es enceinte. Félicitations!
- On va avoir un bébé, on va avoir un bébé. Faut que j'appelle ma mère, tu appelleras la tienne après.
- Ça peut attendre un peu tout de même. J'ai encore les yeux collés et je n'ai pas déjeuné.

Niveau d'enthousiasme dans ma voix? 1 sur 10. Il faut pas trop en demander à cette heure, surtout que 2 barres, ça reste 2 barres. Je ne vois que ça, rien d'autre. Je le sens pas, l'imagine pas ni l'entends pas. C'est froid, mais c'est 2 barres ou le mot "enceinte" qui ne fait qu'illustrer la situation.


*****

Tout de même, quelques semaines plus tard, j'accepte d'accompagner ma douce pour sa première rencontre avec sa gynécologue. Sait-on jamais, je pourrais avoir la chance d'entendre le coeur par l'écho-doppler. Quelques secondes suffisent après le début de la rencontre pour que je me souvienne, aussitôt assis à son bureau, ça me revient, le souvenir de la première grossesse, l'émotion qui m'envahit: je n'ai aucun rapport ici.

Je lui suis invisible. La gynécologue m'a bien dit un petit "félicitations", mais leur discussion bien entamée et plus aucune question ne me concerne. Je suis devenu spectateur. Je visionne en direct une mauvaise émission à Canal Vie.

- Puis Marie-France, tes dernières menstruations datent de quand?
- 19 octobre
- As-tu commencé tes vitamines?
- Oui, bien entendu.
- Et l'acide folique?
- Depuis presque 15 mois!

Je m'emmerde. Je suis sur le point de changer de poste.

- Et vous, la santé?

La femme me fixe et attend. Elle m'a parlé!?

- Euh, bien, j'ai un petit rhume.
- Au niveau génétique plutôt, des antécédents dans votre famille? Matthieu, c'est bien ça?
- Oui, euh non. C'est-à-dire on est correct.

L'interaction est terminé, je redeviens transparent puisqu'elle termine son interrogatoire sans aucun autre échange de regards de mon côté. Je pourrais quitter à l'instant sans aucune réaction de sa part. Puis, elle invite ma blonde à s'étendre pour vérifier son col d'utérus. D'un coup sec, elle tire un rideau afin de m'isoler davantage dans mon coin, seul, à les écouter. J'attends de les rejoindre au moment d'écouter le coeur dans le ventre de Marie. Je ne recevrai jamais le carton d'invitation.

J'entends soudainement le bruit d'une vieille radio mal ajusté qui émet un lent "po-poum, po-poum". Hey! Elles font ça sans moi! Cependant, je n'ose pas m'immiscer, je rumine de mon côté en priant pour entendre autre chose que les palpitations de ma blonde. D'interminables secondes de recherche s'écoulent à coup de chhhhhhh-grssshhhhh-crrrr-rgrshhhhhhh. L'haut-parleur des années 70 finit par émettre la saccade effrenée d'un po-poum foetale.
Chacun de notre côté de rideau, on sourit, on devient plus léger rien qu'à ce simple son.


L'idée germe: les 2 barres sont devenues un coeur. Elle est maintenant enceinte d'un coeur. Hourra!!

2 commentaires:

  1. Les deux barres sont devenues un coeur... Elle est maintenant enceinte d'un coeur...
    Je trouve ça vraiment beau comme image!! :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mel, j'avoue que je suis bien fier de ma petite trouvaille pour la fin. :)
    Et puis, c'est vraiment le sentiment que j'ai.

    RépondreSupprimer