jeudi 28 octobre 2010

Les neufs vies d'Elliott

   Je suis un homme plutôt typique par moment: fier, baveux, orgueilleux, ni trop macho, ni trop rosé. Je suis alors tout à fait l'image du père qui regarde son fils se casser la gueule pour qu'il apprenne à faire gaffe.


  Ne vous imaginez pas cependant les pires scénarios, je lui amortis la chute lorsqu'il se laisse tomber de notre sommier! Je considère que la chute de 3 pieds pourrait lui casser ses 2 seules petites dents.


  L'envelopper dans du papier-bulle, le cloîtrer dans un espace et barricader toutes les portes ne sont pas dans mon agenda. Je veille alors sur lui d'un oeil; il demeure toujours en vue. Je crois que c'est la moindre des choses dans ma définition de tâches.


  N'empêche, il réussira durant son périple d'aventurier de mettre à rude épreuve son environnement. Il teste sans cesse notre appartement pour détecter les éléments dangereux et bien que j'aie fait le tour, à quatre pattes, de toutes les pièces de notre chez-soi, il a su trouver une première faille.


 ---
    La suite du texte disponible dans le roman "Pères poules et prodigieux enfants, pas vraiment!", disponible aux éditions Stanké

Extrait de l'émission "Les Docteurs", diffusé le lendemain!
J'aurais mieux aimé la veille.
  
   

2 commentaires:

  1. Je ne peux pas juger ce texte, désolée. Je le trouve trop troublant. Ça devrait être dans les choix : Correct, Très bon, J'adore, Troublant. Quelle rapidité de réaction a eu Marie!! Je veux qu'elle me montre comment faire! Je ne veux pas être prise au dépourvu si une telle situation m'arrive. Bravo Marie! Je t'admire!!!! Toi aussi Matt, mais un peu plus Marie dans cette situation! ;)

    RépondreSupprimer
  2. En effet, le but un peu de mon billet est de prendre conscience qu'il est toujours bon de connaître la technique ou, de connaître quelqu'un qui la connaît... c'est troublant, mais on sait jamais! :S

    RépondreSupprimer